Chobits

 

 

Chobits

 

Synopsis:

 

Après avoir échoué à l'examen d'entrée à l'université, Hideki Motosua décide d'aller suivre des cours de rattrapage à Tokyo. Il se trouve également un petit travail, pour se faire un peu d'argent. C'est dans cette ville qu'il y découvre les persocom, des ordinateurs personnels à forme humaine. Un soir, le jeune homme découvre parmi un tas d'ordures un persocom abandonné à l'apparence d'une belle jeune fille. Fasciné, il décide de le ramener chez lui et l'active… Ce persocom ne fait que répéter les mêmes gestes, et ne sait dire que "Chii". Hideki la surnomme ainsi, et petit à petit lui apprend à parler. Mais Chii n'est peut-être pas un ordinateur ordinaire… il se pourrait qu'il soit un Chobits, un ordinateur très spécial.

 

Chobits
ちょびっツ
(Chobittsu)
Type Seinen
Thèmes Robot, IA, philosophie
Manga
Auteurs CLAMP
Éditeur Japon Kodansha
Prépublication Japon Young Magazine
Sortie initiale 20012002
Volumes 8
Anime japonais
Réalisateur Morio Asaka
Studio d'animation Madhouse
Chaine Japon Animax
1re diffusion 2 avril 200224 septembre 2002
Épisodes 26

 

 

 

 

Critique:


"Ce qui est appréciable dans Chobits, c'est l'humanité du propos : loin de nous proposer un avenir cyberpunk, donc plutôt glauque et peu engageant, à la Blader Runner ou à la Ghost in the Shell, cet animé prend place dans un futur immédiat, presque contemporain, qui est la garantie de remporter l'adhésion du plus grand nombre par la familiarité de son décor, de son ambiance. Ainsi, peut-on presque considérer les persocons comme de simples PC avec des bras et des jambes, et dotés de la parole, le système de contrôle étant assuré par une sorte d'IA simpliste qui règle définitivement son compte à tous ces problèmes d'ergonomie d'interface qui donnent des cheveux blancs aux cybernéticiens depuis plus d'un demi-siècle ; bien sûr, la réalité des choses n'en serait pas aussi simple lorsqu'on connait un peu les limites actuelles de l'IA (à ce propos, je conseille au lecteur curieux de se pencher sur le roman Excession de Iain M. Banks) mais le subterfuge est ici d'une perfection rare et somme toute assez crédible, d'autant plus que l'actualité de la robotique démontre bien l'intérêt des japonais pour les compagnons artificiels même si la banalisation de la chose n'est pas exactement pour tout de suite.
Il faut également saluer l'audace du scénario qui dépeint une histoire à la fois touchante et fort à propos sur la réalité de certaines sociétés dites "avancées" et de leurs problèmes liés à une modernisation technologique frisant l'inhumanité. Hors, avec cet animé, les conteuses de chez Clamp nous ont prouvé depuis longtemps qu'elles savent émerveiller, et le fait que ce sont des femmes devrait plus être considéré comme un enrichissement du thème qu'autre chose compte tenu du fait que celui-ci a jusqu'ici surtout été abordé par des auteurs masculins avec tout ce que ça implique de mechas et d'action au détriment de la psychologie et des sentiments, c'est-à-dire de l'humain : n'hésitez donc pas à vous pencher sur cet animé, seul ou accompagné, vous passerez certainement un très bon moment..."

 

Le manga n'est pas vraiment respecté,mais les dessin sont heureusements identiques. Les voix sont celles à quoi on aurait pu s'attendre (celle de chii est vraiment mignonne comme tout!).

note: 7.5/10

 

 

 

 

 

Trailer:

 

 

 

 

 

 

 

Playliste ici

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site